• Annick Perrot-Bishop

Ombre et lumière

Nous sommes nés

au plus profond

là où l’infime a commencé

à peine un frémissement

dans la noirceur glaciale

lumières immobiles nous dormions

rêvions de nous créer

cellule d’abord

solitaire

puis de nous recréer

comme un dieu qui se multiplie

se divise pour ne plus être seul

pour exister dans un regard

tu es né je suis née

de cette division première

de ce chant à deux

qui a répondu à l’appel de l’air

pattes poumons ailes

désir de bouger

de s’élancer vers la lumière.


***


Une étoile est tombée

fracassant le fond des mers

et les vagues ont déferlé

en monstres d’écume

saccage des poumons

cris au bord du gouffre

monde en miettes en furie

qui avance vers la chair des terres

et dans la marée des pleurs

de petites lumières s’envolent

âmes douces et amères

brûlant dans la noirceur

étoiles recréées

quittant la boue et la pourriture

où s’enlise l’effroi.


***


Tu appartiens à la terre

femme de pluie

avec tes rondeurs de sable

tes cheveux d’algues mouvantes

tes yeux où se cache une étoile

et tu avances

malgré les rocs et l’ombre

comme une lueur trébuchante

têtue avide

assouvis ta soif dans cette flaque

lèves ton visage vers le soleil

qui caresse doucement ta joue

en mange l’ombre avec tendresse.


***


Ton corps

terre où tu t’enracines

jambes en tronc

pieds emmêlés de glaise

feuillages effervescents

le coeur battant au milieu des branches

ton corps fort comme un arbre

solide contre le vent

souple et parfumé

tu t’enfonces pour embrasser ton double

celui des profondeurs

de l’obscurité et du mystère

ton corps-ombre

qui veut être aimé

accepté, accueilli

unissez-vous

ombre et lumière

en un seul arbre

au double-visage de la vie.


Subscribe for Updates

  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon