• Camille Sova

Noir-lumière

Je refuse de croire

que le noir soit absence

qu’il soit contre-couleur

de l’opaque un néant

comme ces trous dans le ciel

qui aspirent les étoiles

ou comme ceux de nos cœurs

qui avalent l’espoir.


Je refuse de croire

que le vide soit absence

qu’il soit contre-possible

un abîme un néant

comme la chute qui suivit

pour l’Adam et son Ève

ou comme celle de nos vies

dans le monde aujourd’hui.


Si l’on fixe seulement

une seule fois dans sa vie

dans le ciel au zénith

le soleil brulant

on verrait en son cœur

qu’il est noir de lumière.


On verrait pour une fois

cette obscure synthèse

les couleurs qui flamboient

sur le vide de l’esprit

qui s’emplit chaque fois

que l’on ferme les yeux.