• Brigitte Stepanov

Enviromaths



Stepanov, Brigitte. Enviromaths, 2020.

Série de 36 photographies argentiques noir et blanc, 35mm (Maine, États-Unis).


Un rouleau de pellicule, trois lieux, trente-six poses.

L’écologie se joint à la géométrie, la topographie à la topologie,

Les racines et les pierres sont les variables d’une mathématique-nature.

Voici des détails du quotidien environnemental –

Des lignes de fuite devenant la circonférence d’un rocher,

Des rangées et virages, le chevauchement de matériaux, d’angles, de courbes et de coudes.

Voici des formes composites, les composantes d’un calcul des variations.

À plusieurs instants, j’essaie de vite changer la vitesse de l’obturateur pour capturer la silhouette de l’eau, la superficie d’un morceau de bois, la texture d’un ruisseau, une vague. Je trébuche souvent dans l’immobilité qui m’entoure. Le contour de mon soulier m’inquiète. Je cherche à avancer sans bruit, sans sillon.

Le mouvement et l’espace-temps laissent des traces à la surface du sable, tachent des tas de coquillages.

Des voussures vertigineuses donnent lieu à des strates minérales précises, des dimensions fractales.

Et là l’accroc, où la pellicule zigzague, c’est l’exposition finale – une cartouche épuisée, une dernière pause.