TANTAD

January 31, 2020

Le feu solsticiel déborde du ciel en une gavotte macabre,          

TAN, TAN ; TAN, TANTAD,          

Vibre au rythme de l'univers, claque, crépite.          

Accord profond, harmonie entre ce qui est et ce qui advient,          

Communion des vivants et des morts.          

La langue de flammes lèche les visages et consume, ceux qu'on exhume.          

Ce phare qui scintille dans la nuit et indique l'île du passage,          

Fin de l'Abred, où les cierges vacillent, TAN, TAN,          

Et, veillent les défunts, au chant de l'alouette.          

L'âme en attente poursuit le feu dans sa course solaire,          

Révolution virginale au-delà des océans.          

Sur l'île aux pommiers Bélisama souffle sur les brandons de genêt          

Et de son bras droit attise le destin.

TAN, TAN ; TAN, TANTAD.

La chaleur lève le brouillard flamboyant tandis que le hibou hulule et hurle le chien noir.

 

Please reload

Subscribe for Updates

  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon