Subscribe for Updates

  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon

D’un bord à l’autre du cercle polaire

J’adore les photographies d’Esther Berelowitsch. Photographe française, elle réside de manière permanente depuis quatre ans non loin d’Inari, en Finlande, bien loin au-dessus du cercle polaire. Je me suis donné pour mission de conter les visages photographiés comme s’il s’agissait de paysages. Et pourquoi ne figurerait-il pas derrière chacun de ces humains l’emblème d’un temps ou d’une parcelle d’espace ? J’ai cherché dans les traits et les attitudes un phénomène météorologique, j’ai cherché dans la représentation de chaque individu les pierres, le ciel, la neige, les formes des nuages, l’incarnation d’une plante ou d’un animal. Les lecteurs/spectateurs, au cœur de cet échange libre, dessineront, je l’espère, un trait d’union.

 

Marju © Esther Berelowitsch

 

Il est un vent
Comme un vol charnière
Un rapace en difficulté
Au carrefour des températures
En ombre avec sa proie

 

Riita © Esther Berelowitsch

 

La folie des jaunes
Avant le coucher de soleil

La glace se ravive
Et craque
S’empare des brumes au sol

Les ocres entrent
En clash violacé

Quel est l’astre qui s’occupe
Des crépuscules et des aurores

D’un trait rigoureux
Quelle trajectoire assume-t-il ?

 

Tiina © Esther Berelowitsch

 

Il est un jargon de mains et de laine
Une série de passes
Les jambes en pont
La laine en autoroute
Sous le rasoir d’une funambule

Un équilibre pyramidal
Saisi accroches
La nuque des brebis
Penchée en caresse
Avec les différentes poses
De sa tondeuse.

 

Aletta © Esther Berelowitsch

 

Elle est un crocus
Un éveil
Des émeraudes pour corolles
Des yeux pédoncules
Elle prendra le prénom d’un vent

 Armas © Esther Berelowitsch

 

Éclaircir l’orage
Cisailler les marges
Éclabousser le ciel
D’une colonie d’oies

Il persiste tant de contrastes
D’un kilomètre à l’autre

Des chapes sans issue
Aux rédemptions météorologiques

 Eino © Esther Berelowitsch

 

En ton visage
Ruisselle
Le premier sang
D’une fonte
Des neiges

Sur tes joues
Vibre la caresse
Des roches boursouflées

En tes yeux
Il est si tôt
Que persiste autant
Une lune qu’un soleil

 

Please reload