• Ivan Minson

Errances sylvestres


ERRANCES SYLVESTRES

-I-

Du vert que les arbres font, Déverse la lumière, Des épines sur les troncs, Pailletées d'ombre éphémère.

De grandes ailes bleutées, Reflet du ciel invisible, Qui rebattent sans cadence Les sentiers indicibles

D'une âme qui vagabonde Se tourmente sans détour, Où ce qui tombe féconde L'enchantement alentour.

Des halliers protecteurs Du puma, du chat marguay, Dans ces dangers séducteurs, Rôde le serpent corail.

-II-

Pour guides, des âmes bleutées à tire-d'aile

Vers de géantes danseuses sur leurs pointes,

De verts colosses aux vastes pieds,

Des cieux la cime est ointe.

D'autres vols se succèdent, belles sentinelles,

Sur l'ocre sentier enserré de bois jaunes

Au périlleux maintien de corps immenses,

Une feuille serpente à travers les rameaux.

-III-

Le bois embaumé d'encens,

Création drapée d'immonde,

Cierges luminescents,

L'innocent crucifié gronde,

Pleure, la vierge en sang,

La création inféconde.

L'Homme déliquescent !


  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon

Subscribe for Updates