AN_vol1.PNG

January 23, 2020

Jean Giono est connu pour son attachement passionné à la nature, qu’il célèbre à travers ses écrits en la présentant d’une manière séduisante et en mettant en lumière sa splendeur. Mais la nature est aussi cruelle, comme en témoigne Gaston Bachelard, grand pionnier des recherches sur l’imaginaire du feu, pour qui cet élément naturel revêt un caractère ambivalent lié à sa puissance de destruction et à sa force créatrice (23). Ainsi, dans Colline, Giono décrit un village isolé, une microsociété bordée de collines, de végétations et nantie de bastides blanches, où vivent une douzaine de gens confrontés à un incendie singulier.


L’incendie qui survient dans ce récit est annoncé par la fumée. Elle...

December 14, 2018

Comme en témoigne les études de Lucie Desblache, auteure de Bestiaire du roman contemporain d’expression française (2002), l’animal continue de marquer l’imaginaire des écrivains. Michel Tournier ne fait pas exception en accordant une place de choix au bestiaire dans son œuvre littéraire. Ses récits mettent en relief les animaux domestiques, utilitaires ou de compagnie, qui permettent à l’individu d’entretenir son humanité. Mais cette plénitude de vie est plus perturbée par les figurations symboliques d’animaux sauvages. C’est le cas dans Vendredi ou les Limbes du Pacifique (1967), Le Roi des aulnes (1970) et Gaspard, Melchior & Balthazar (1980), où la faune est révélatrice de l’étrangeté de...

Please reload

Subscribe for Updates

  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon